Prochains Evénements

02-09-2014
Atelier sur « le Partage et la Valorisation des résultats de la Recherche par l’implication des Acteurs de Développement en Afrique de l’Afrique Centrale » Cameroun

L’atelier se propose de visiter les aspects majeurs liés aux  thématiques technologiques globales  identifiées, d'en…

16-07-2014
Forum international sur la promotion des innovations et des partenariats dans le secteur agro-alimentaire et des agro-ressources Dakar

 16 au 18 juillet 2014 En Afrique, vu le poids social de l’agriculture qui…

10-07-2014
Forum Africain sur la Gouvernance de l'Internet

10 - 12 Juillet 2014 Cairo, Égypte S’inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement…

Dernières nouvelles

Sommet 2016 Afrique - Aide et Développement International
01-02-2016 uneca.org Centre de conférences des Nations Unies, Addis-Abeba, EthiopieLe sommet se focalisera sur…
2016: Nigéria commence une exploitation commerciale du satellite dés le 16 janvier
12-01-2016 Newswatchtime Nigéria est devenu le premier pays africain à se positionner à l’échelle International…
AREI 10 milliards d’euros pour l’électricité en Afrique
17-12-2015 afriquetechnology.com  Les pays développés ont déjà mobilisé 10 milliards d’euros de financements publics…
POUR NE RIEN RATER!Abonnez-vous via RSS

Recherche & Innovation

La dépendance technologique  constitue pour les pays en développement un risque évident d’autant qu’elle  peut conduire à une dépendance économique voire politique.

En effet, le transfert de technologie, souvent considéré comme solution idoine, peut entraîner  toute une série de déséquilibres socio-culturels. Dans certains cas, il conduit à une « double  déchirure », c’est – à – dire d’une part, la désagrégation des modèles traditionnels de la société réceptrice, et, d’autre part,  la construction d’enclaves géographiques sectorielles et sociales

Les différents préalables et conditions d’un bon transfert de technologie, c’est – à – dire le recensement des techniques, leur évaluation, leur sélection, leur adaptation, la maîtrise des problèmes d’ingénierie et de gestion font souvent dramatiquement défaut dans les pays en développement et placent ceux-ci dans une situation d’infériorité.

On entend souvent dire que certaines régions ne disposent pas de ressources pour produire des innovations brevetables et que, par conséquent, la propriété intellectuelle ne contribue pas à leur développement.

C’est une vision réductrice, à la limite condescendante à laquelle l’OMPI a apporté réponse pertinente  avec son slogan  en 2012 : « la Propriété intellectuelle ressource naturelle mondiale »

De plus en plus, de nos jours le triptyque : Science, Technologie et Innovation (STI) est un paradigme inclusif  incontournable dans le processus de développement économique.

A cet égard, le Centre Régional Africain de Technologie (CRAT), conformément à ses objectifs, s’emploie à la promotion du développement  de la Science de la Technologie et de l’Innovation de l’Afrique. A ce titre, il ambitionne d’être pour les Etats africains, un instrument efficace d’impulsion, de renforcement, de coordination des capacités et stratégies scientifiques, technologiques et innovatrices  nationales, sous régionales et régionales.

C’est ainsi que le Centre a établi des rapports  de partenariat avec chacun des organismes qui s’occupent  de la protection et de la valorisation des actifs de la Propriété intellectuelle : l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), the Africa Regional Intellectual Property Organisation (ARIPO), l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI, France), l’Office Européen des Brevets (OEB),the United States Patent and Trademark Office (USPTO).

Le CRAT  est également membre fondateur de l’Accord quadripartite regroupant dans un réseau : Africa Regional Intellectual Property Organisation (ARIPO), Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) ;  structures d’encadrement et  de valorisation des actifs de la Propriété intellectuelle.

En effet, les actifs de la  propriété intellectuelle, constituent de nos jours  des indices  fiables de développement. En effet :

  • la propriété intellectuelle est un avoir économique ;
  • la propriété intellectuelle engendre des recettes ;
  • la propriété intellectuelle a une importance capitale dans les contrats de licence.

Les actifs de la propriété intellectuelle peuvent :

  • accroître les recettes et augmenter le PNB ;
  • accroître les exportations ;
  • attirer des IED mutuellement avantageux ;
  • créer la base pour des co-entreprises (JVs) ;
  • encourager la recherche et le développement local ;
  • remédier à l’exode des compétences ;
  • aider à satisfaire des besoins humains et,
  • parfaire l’image de marque nationale et l’identité culturelle

Par rapport aux entreprises, les actifs de la propriété intellectuelle peuvent :

  • constituer des portefeuilles de PI avec un rôle central pour engendrer des    recettes à  partir de contrats de licence ;
  • aider à améliorer des produits et promouvoir la valeur des marques dans     la publicité ;
  • faciliter les alliances stratégiques, co-entreprise (JVs) et les licences croisées ;
  • améliorer la valeur de l’entreprise ;
  • faciliter les démarches en cas de litige.

Si l’investissement et l’attraction de la technologie étrangère dans un pays en développement représentent des enjeux commerciaux  importants, un système de propriété intellectuelle national encourage l’identification et l’exploitation  d’innovations commerciales. L’exploitation des idées liées à l’innovation qui constitue moyen primordial pour les pays en développement de valoriser leurs capacités créatives.  Il n’existe pas un seul  pays au monde qui ne dispose pas de gens intelligents et bien éduqués  capables de créer une propriété intellectuelle précieuse.

A cet égard,  le Centre Régional Africain de Technologie (CRAT) ne ménage aucun effort pour faire de la Science, la Technologie et l’Innovation, les piliers fondamentaux pour le développement économique et social du continent.